Retour de vacances (1)

Publié le par Alouette

Je reviens de quelques jours passés sur l'Île d'Oléron. Ça m'a bien changé les idées, c'était bref mais intense, vivifiant et reposant à la fois. Le climat là-bas est moins barbare que dans le Lauragais où je vis, plus clément, me semble-t-il : vent d'ouest apaisant, le doux murmure des pins, le bruit régulier du ressac, un ciel d'un beau bleu intense, des températures raisonnables et moins contrastées qu'ici... Sans parler des parfums omniprésents de la nature : odeur résineuse des pins, parfums des plantes de la dune, des algues ou de la vase au bord de la mer... 

J'étais en camping. Pour une fois, je vais faire de la pub, j'étais dans le camping municipal de Grand Village Plage, un camping simple, propre, calme, au milieu des grands pins torturés par les embruns, proche des commodités et de la plage.

J'ai retrouvé avec bonheur ces grands pins qui ont accompagné mon adolescence landaise, leurs longs troncs minces et souples surmontés d'un houppier vert foncé de grandes aiguilles, qui offre une ombre lumineuse et parfumée. Mais ici, arrivés à une certaine hauteur, les pins sont soumis au vent salé de l'océan, qui grille les bourgeons et contraint les arbres à pousser leurs branches à l'horizontale. J'y reviendrai. Dans le camping, ça donne des silhouettes étonnantes à ces grands arbres.

Comme j'avais envie de profiter au maximum du grand air, je dormais avec la tête du côté de l'entrée de mon petit igloo de toile, que je laissais entrebâillée. Le matin, je me réveillais dans une ambiance bleue, bercée par le souffle léger des pins, parfois une pluie fine, souvent avec le murmure lointain de l'océan...

En écartant les pans de toile de mon petit refuge, couchée sur le dos, je voyais les pins par en-dessous. Vision trop vaste pour entrer dans mon petit appareil photo...

Je me suis aperçue que sur Oléron, le ciel est plus bleu que par chez moi. Cela vient-il de la proximité de l'océan ? De l'humidité de l'air ? Des embruns ?

En tous cas, j'aimais beaucoup cette vision matinale ! J'ai vraiment une tendresse particulière pour ces grands arbres ; la douceur apaisante de leur chant tranquille me manque beaucoup ici, où le fond sonore est constitué du rugissement des camions sur l'autoroute au loin, et du souffle bruyant, cahotique, énervant et fatigant du vent d'autan qui s'est levé hier pour accueillir mon retour...


Publié dans Ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lizotchka 26/09/2009 14:26


Cela donne envie de partir. Regarder le ciel, les arbres, ne rien faire, un livre à la main...


Alouette 26/09/2009 21:36


eh oui, c'est ça les vraies vacances... ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé
bon, et maintenant que je suis rentrée, me reste à conter le reste, car je n'ai bullé que les matinées, les après-midi étaient plus actives